Passer au contenu principal

Pleins feux sur : le chef opérateur Bron Moyi

Le chef opérateur nous fait découvrir les coulisses du tournage du projet en trois parties The Trees Remember avec DXL2.

Dès son plus jeune âge, Bron Moyi savait qu'il voulait raconter des histoires avec des images. Adolescent, il tournait des sketchs et des courts métrages avec le caméscope de sa famille et prenait des photos avec la caméra argentique vintage de son grand-père. Avance rapide jusqu'à aujourd’hui, et Moyi est maintenant installé comme photographe et chef opérateur avec, à son actif, des œuvres comprenant des clips musicaux, des publicités, des longs métrages et des courts métrages documentaires. En 2018, son talent a été récompensé par le prix de la meilleure cinématographie au 29e Festival annuel du film de la Nouvelle-Orléans. 

Moyi a récemment eu l’occasion de travailler sur la série en trois parties The Trees Remember pour REI Co-op Studios. Réalisée par Angela Tucker, cinéaste nominée aux Emmy Awards, et développée par sa société de production TuckerGurl, cette série de courts métrages de fiction met en scène des femmes noires d'âges différents qui grandissent et prospèrent dans la vie plein air. La série vise à aider à élargir la définition historiquement limitée de la notion de plein air et à éliminer les obstacles à la guérison collective en extérieur. Les trois histoires s'étendent sur 60 ans, avec Movement qui se déroule en 1960 pendant le mouvement des droits civiques, Maintenance qui se passe en 1990 dans un parc boisé de Philadelphie et Migration qui se déroule en 2020 à la Nouvelle-Orléans. 

Panavision s'est récemment entretenu avec Moyi pour discuter de son travail sur The Trees Remember, qu'il a tourné en trois formats (Super 35, anamorphique et grand format) avec trois séries d'objectifs distinctes, toutes équipées du système de caméra Millennium DXL2 de Panavision.

une équipe sur le plateau

Panavision : Vous vouliez travailler dans l'industrie cinématographique dès votre plus jeune âge. Quand avez-vous débuté ?

Bron Moyi :  Mon grand-père m'a vraiment soutenu et m'a offert ma première caméra numérique, et pour moi, c’était extraordinaire. C'est à cette époque que j'ai commencé à faire des photos et des vidéos en ville. J'ai eu mon premier client à 17 ans : un de mes amis du lycée qui voulait une publicité de baseball à envoyer dans des universités pour obtenir une bourse. Cela s'est bien passé, et il a en fait joué à Miami de manière semi-professionnelle, ce qui est cool. 

Son oncle étant chef décorateur, ce projet m’a offert mon premier vrai travail dans l'industrie cinématographique, qui consistait à travailler comme secrétaire du département artistique d’un film réalisé par les créateurs de The Blair Witch Project. Je crois que j'avais 19 ans quand je suis arrivé sur un plateau pour la première fois, et je me disais : « C'est exactement ce que je veux faire de ma vie. »

J'ai passé plusieurs années à travailler dans le département artistique, et je me suis toujours retrouvé à essayer de côtoyer les caméramans et à leur poser beaucoup de questions sur l'équipement. Je faisais aussi des projets indépendants comme DP pour des clips musicaux et des courts métrages, et finalement je suis passé à la caméra en tant qu’AC. C’est seulement au cours des trois dernières années que j'ai fait le saut pour travailler à temps plein comme DP.

 

Comment vous êtes-vous impliqué dans The Trees Remember ?

Moyi : Je connaissais Angela Tucker en tant que créatrice à la Nouvelle-Orléans, mais la personne qui a vraiment proposé mon nom était l'un des producteurs, Jeremy Blum. Il était déjà engagé pour produire avec Angela, et nous avions beaucoup travaillé ensemble. L'intention du projet était de donner des opportunités comme chefs de département à autant de femmes et de personnes de couleur que possible. Je suis flatté d’avoir été l'une des premières personnes à qui ils ont tendu la main.

Je voulais travailler avec Angela, et après avoir tant travaillé dans des documentaires tout au long de la pandémie, ça me démangeait de faire quelque chose de scénarisé. Lorsque Jeremy m'a parlé du concept derrière le projet, qu'il s'agissait d'une série de récits mettant en lumière des histoires de Noirs dans des espaces extérieurs, cela m'a semblé extraordinaire. Ensuite, quand j'ai lu les grandes lignes de l'histoire, j'ai pu voir ce qu'ils essayaient de faire, et je me suis dit : « Je suis partant ».

 

Qu'est-ce qui vous a amené à choisir Panavision pour ce projet ? 

Moyi : J’ai toujours su que je choisirais Panavision. Je crois honnêtement que Panavision est le meilleur loueur de la Nouvelle-Orléans avec lequel j'ai jamais travaillé. Je me souviens de la première fois où j'ai travaillé sur un plateau où j’ai découvert Panavision. J'ai vu une housse à objectifs Panavision et je me suis dis : « Oh ça alors ! Voilà une démonstration Panavision. » J'étais tout excité. 

Lorsque j'ai commencé comme assistant, la première fois que je suis allé me préparer à Panavision a été une expérience marquante pour moi. J’y ai rencontré Steve Krul, le représentant des ventes, et j'ai commencé à développer une bonne relation avec lui. Nous connaissions certaines des mêmes personnes, des DP plus jeunes qui étaient des amis à moi. Je crois que je lui ai même dit à ce moment-là que j'essayais de devenir DP, et je me souviens que, dès le début, il m’a beaucoup soutenu et m’a dit : « Chaque fois que tu as un travail, viens me voir ». C'était il y a probablement quatre ans et demi. 

Pour The Trees Remember, grâce à mes entretiens avec Angela, je savais que nous voulions que chacune des histoires soit visuellement distincte. Parce que le planning était serré, on avait cette idée de n’utiliser qu'une seule caméra, mais en essayant au moins de changer d'objectifs. Je savais que nous n'aurions pas de meilleurs objectifs que chez Panavision.

 

Quels objectifs avez-vous choisis pour chacune des trois histoires ?

Moyi : Quand Angela a évoqué le fait que les histoires se déroulaient dans trois décennies différentes, je savais qu'il y avait une opportunité non seulement d'explorer l'histoire des personnages et toutes ces idées dans le film, mais aussi d'explorer l'histoire des objectifs. Je me suis posé la question suivante : « Quels objectifs existaient concrètement lorsque ces histoires sont supposées se passer ? » 

Je savais que je voulais des objectifs anamorphiques pour les années 1960. Je voulais aussi que l'image soit un peu granuleuse, c'est pourquoi j'ai préféré des objectifs anamorphiques plus vintages. Mais je ne voulais pas qu’elle soit trop stylisée ou qu’elle soit une distraction visuelle, comme si les caractéristiques des objectifs éclipsaient ce qui se passait dans l'histoire. Avec le DIT nous avons passé deux jours chez Panavision à tester des objectifs, et je suis tombé amoureux des anamorphiques de la série B. Ce sont des objectifs magnifiques, nets mais pas trop nets, et ils apportent une chaleur naturelle que j'adore.

Avec l'histoire des années 1990, nous avons essayé d'avoir une ambiance des années 90. On pourrait dire « kitsch ». J’ai choisi Zeiss Super Speeds parce qu'ils font partie de mes objectifs préférés et qu'ils sont si appropriés pour cette époque. Ça me convenait parfaitement. 

Je pense que l'histoire contemporaine, Migrations, était la plus évidente pour moi en termes de style visuel. Les émotions autour de la quarantaine et de la pandémie étaient encore fraîches ; l'histoire voulait créer un sentiment plus sombre et d’isolement mais introduisait progressivement plus de vie, de légèreté et de liberté. Je pensais que le grand format serait le plus contemporain, et je savais qu’en réglant la mise au point, nous serions en mesure d'obtenir cette très faible profondeur de champ qui jouerait avec l'idée d'isolement. J'étais fixé sur les Primo 70. Leur si belle image est nette, mais pas cliniquement nette. Ils apportent un peu de chaleur. 

équipe sur le tournage en train de filmer un acteur

 

Qu'est-ce qui vous a amené à travailler avec la DXL2 pour ce projet ?

Moyi : Je savais que nous avions besoin d'une caméra capable de basculer facilement entre les trois ensembles d'objectifs différents. Je n'avais jamais travaillé avec la DXL2, mais lorsque j'ai parlé du projet à Steve, il m'a suggéré d'y jeter un œil. Il m’a dit : « Je pense que c'est la caméra qu’il te faut. Tu pourras avoir tous les objectifs avec toi et changer les montures selon tes besoins. »

Ainsi, lorsque nous avons testé les objectifs, nous avions une DXL2 avec nous. L'image sur le moniteur était magnifique. J'ai été vraiment convaincu par la façon dont elle rendait les noirs et la quantité de plage dynamique qu'il y avait. L’image est vraiment très riche. J'ai aussi pensé que sa façon de gérer les tailles de fichiers était géniale. Nous n'avions pas à transporter une tonne de matériel, ce qui était clairement bon pour le DIT, qui chargeait les images à la fin. La taille était également un facteur - j'ai été surpris de sa compacité - et j'ai pensé que le viseur Primo était génial, avec une image vraiment nette et claire.

Mais la caractéristique la plus importante pour nous était de pouvoir basculer facilement entre les formats d'objectif. C'était vraiment fluide. Nous avons utilisé le même rapport hauteur/largeur de 2,35 pour 1 pour les trois films. Il s'agissait donc vraiment de déterminer la résolution que nous pouvions utiliser avec chaque objectif. Nous pouvions aller au-delà du 5K avec les anamorphiques de la série B et jusqu'à 5K avec les Super Speeds, puis nous avons utilisé le 8K pour les objectifs grand format Primo 70. Nous pouvions changer la résolution en appuyant seulement sur quelques boutons, et changer les montures d'objectif était rapide. 

Vous souvenez-vous d’une journée ou d’un moment particulièrement mémorable pendant l'un des tournages ? 

Moyi : Il y en a deux. Pour Movement, nous étions en extérieur pour une scène de pique-nique, et tout s'est bien passé à ce moment-là. Nous avons amené les acteurs et nous n'avons rien fait d'autre – nous avons juste installé la caméra et tourné. C'était magique et la scène était parfaite. 

Pour Maintenance, je pense que le moment le plus mémorable a été le deuxième jour de tournage. Il était censé y avoir des orages toute la journée, mais nous avons réussi à passer toute la journée sans une goutte de pluie. Puis, une fois que nous avons chargé les camions, il a commencé à pleuvoir. La chance était franchement de notre côté.

équipe filmant les acteurs

 

Photos de Jeremy Blum, Mariana Sheppard et Brian Stegeman.