Passer au contenu principal

Des temps différents

Kramer Morgenthau, ASC, emmène Panavision dans les coulisses des films d'époque Respect et The Many Saints of Newark.

À première vue, un biopic sur la « reine de la soul » Aretha Franklin et un drame mafieux sur le passage à l'âge adulte d'un jeune Tony Soprano ne semblent pas avoir grand-chose en commun. En fait, il y a plus de choses qui les relient que l'on pourrait croire. Toutes deux se déroulent dans un contexte de changement politique et culturel, toutes deux s'étendent sur les années 1960 et 70, et toutes deux ont été photographiées par Kramer Morgenthau, ASC, avec des optiques Panavision T Series.

The Many Saints of Newark est le préquel très attendu de la célèbre série HBO The Sopranos. Le film se concentre sur le jeune Tony Soprano, le personnage rendu célèbre par l'interprétation emblématique de James Gandolfini au cours des six saisons de la série, et interprété ici par le fils du défunt acteur, Michael Gandolfini. En coulisses, le projet a permis à Morgenthau de retrouver le réalisateur Alan Taylor, après leurs précédentes collaborations sur les films Thor: The Dark World et Terminator Genisys, ainsi que sur des épisodes de Game of Thrones

chef opérateur tenant le viseur

Kramer Morgenthau, ASC (tenant le viseur) et le réalisateur Alan Taylor.

Taylor est également un ancien des The Sopranos, où il a travaillé avec le créateur de la série et showrunner David Chase, qui a écrit le scénario de The Many Saints of Newark. « Une grande partie du langage cinématographique qu'Alan utilise s'est formée pendant les années où il travaillait sur Les Sopranos », explique M. Morgenthau. « C'est un langage qui trouve son origine dans le cinéma hollywoodien classique - des réalisateurs comme John Ford et des films comme Le Godfather  - où l'on laisse se dérouler un seul plan, où l'on ne bouge pas la caméra à moins que les personnages ne bougent, et où l'on cadre près des sujets pour avoir l'impression d'être dans la pièce avec eux. »

Le long métrage a été tourné en extérieur à Newark et Brooklyn au printemps 2019. « Nous voulions honorer la série télévisée », réfléchit le chef opérateur, « et en même temps ouvrir l'histoire au cinéma grand écran en tournant en anamorphique et en grand format. » Travaillant par l'intermédiaire de Panavision New York, Morgenthau a choisi d'associer des objectifs de la série T à une caméra Arri Alexa LF Panavisée. 

homme dans une cabine téléphonique

Après avoir beaucoup travaillé avec des anamorphiques de la série C, The Many Saints of Newark a été le premier long métrage du directeur de la photographie à utiliser des verres de la série T. « D'un point de vue technique, j'aime la fiabilité et le contrôle des verres. « D'un point de vue technique, j'aime la fiabilité et la contrôlabilité de la série T », explique-t-il. « Sur le plan optique, nous avons utilisé l'atténuation naturelle sur les bords, le vignettage et le bokeh de la série T pour capturer la texture du décor d'époque. »

Morgenthau a également demandé à Dan Sasaki, vice-président senior de Panavision chargé de l'ingénierie optique, de peaufiner le look des lentilles. « Je voulais des noirs soyeux plutôt que des noirs durs et je ne voulais pas que quelque chose soit trop dur ou trop net », explique le chef opérateur. « Je voulais des objectifs qui soient « en détresse » et qui permettent de décomposer l'image ».

La première partie du film se déroule en 1967 avant que l'histoire ne saute ensuite à 1971. Au cours de ces quatre années, le monde qui entoure l'adolescent Tony Soprano change radicalement. « Dans les années 60, nos personnages sont plus ancrés dans la vieille école des gangsters sages des années 1940 et 50 », explique Morgenthau, qui a recherché des photographies historiques des émeutes de Newark de 1967 et du North Ward de Newark, qui abritait alors la communauté italo-américaine locale. 

groupe de personnes assises dans un restaurant

« Alan a tendance à rester dans une fourchette optique très étroite », note Morgenthau. « Nous nous sommes penchés sur la gamme des 40 mm, 50 mm et 75 mm pour une grande partie du film, et nous avons adoré le 28 mm pour les vues panoramiques. Nous avons tourné des plans larges sur l'ensemble du film à l'aide d'une grue et d'une dolly pour être composés et considérés, mais tous les reportages ont été réalisés à la main pour donner un peu plus d'intimité. La caméra est cependant très contrôlée, opérée à la main par Mike Heathcote - parfois, on peut à peine le voir - puis la caméra devient un peu plus lâche vers les années 70. »

Morgenthau est passé directement de la photographie principale de The Many Saints of Newark à la production de Respect avec la réalisatrice Liesl Tommy. « Une grande partie de Respect concerne la performance musicale », dit le chef opérateur. « Je voulais que la caméra soit lyrique et vole comme un oiseau. » 

femme chantant sur scène

Le tournage du film Respect a commencé en septembre 2019. Pour la production, Morgenthau s'est procuré son ensemble caméra et objectifs auprès de Panavision Atlanta, en conservant les objectifs de la série T, qu'il a cette fois associés aux caméras Panavised Alexa Mini LF. « J'ai choisi d'utiliser à nouveau la LF et la série T en partie par souci de minimalisme », explique-t-il. « Les objectifs de la série T étant si malléables à différents looks, ils étaient le choix idéal. J'aime voir comment je peux pousser un grand objectif dans différentes directions en changeant d'autres facteurs. »

Par rapport à The Many Saints of Newark, Morgenthau déclare : "Nous avons eu une approche entièrement différente de la science des couleurs et de la façon dont les optiques ont été réglées. Nous avons ajouté du grain de film pour renforcer l'impression de cinéma en enlevant la dureté du [format] numérique propre, et nous avons réglé les objectifs pour qu'ils soient moins abîmés et pour qu'ils résistent à la lumière directe. Une grande partie du film est constituée de séquences de concert reconstituées où nous regardions directement dans l'éclairage de la scène. Alors que nous avons laissé les fusées éclairantes « échouer » sur Saints, sur Respect , nous voulions maintenir les hautes lumières afin qu'elles n'épuisent pas tout l'objectif lorsque nous regardions une lumière ».

L'histoire de Franklin est racontée sur trois périodes. Pour son enfance dans les années 1950 (lorsque le jeune Franklin est interprété par Skye Dakota Turner), Morgenthau a choisi un look désaturé - « presque comme des photographies teintées à la main », précise-t-il - avec une caméra très contrôlée pour refléter la personnalité dominatrice de son père (Forest Whitaker). Dans les années 1960, lorsque Franklin (désormais interprétée par Jennifer Hudson) atteint la célébrité, les images sont beaucoup plus colorées, avec des séquences de concerts spectaculaires. Dans les années 70, le chanteur est dans une spirale descendante. Pour certaines séquences clés de cette partie du film, Morgenthau a utilisé un objectif de portrait anamorphique Panavision 100 mm spécial pour illustrer la « vision myope d'un alcoolique, où les bords ne sont plus nets ».

À la fin du film, dont le point culminant est l'enregistrement de son album live Amazing Grace, Franklin a arrêté de boire, trouvé la foi et renoué avec ses racines gospel en donnant un concert dans une l'église baptiste de Los Angeles. Pour ces séquences, Morgenthau s'est largement appuyé sur des images réelles de concert filmées en 1972 et publiées en 2018 sous la forme du documentaire Amazing Grace.

« Pour reproduire le concert final, nous avons tourné en 16 mm couleur [avec Kodak Vision3 500T 7219] et nous l'avons intercalé avec l'Alexa LF, en utilisant LiveGrain pour faire une transition beaucoup plus douce entre l'aspect "archives" et l'aspect "film" », explique-t-il. Ailleurs dans le film, pour quelques séquences différentes, Morgenthau a utilisé des pellicules Kodak 16 mm Double-X pour reproduire l'aspect d'un documentaire en noir et blanc. L'ensemble caméra et objectif 16 mm a également été fourni par Panavision. « Nous avons tourné avec un Arriflex SR3, en 16 mm normal, avec un zoom Canon 11-138 mm », note le chef opérateur.

le chef opérateur et l'équipe de tournage sur le plateau de tournage

Tout au long de Respect, Morgenthau a utilisé un schéma d'éclairage permettant au Steadicam de Heathcote de se déplacer avec fluidité dans l'espace à 360 degrés. « Au cours des dix dernières années, j'ai délaissé l'utilisation de clés au profit de l'utilisation d'une grande quantité de lumière provenant d'en haut », explique le chef opérateur, ajoutant qu'il est particulièrement attiré par le style naturaliste de chefs opérateurs comme Harris Savides, ASC et Gordon Willis, ASC. Cette approche, poursuit Morgenthau, « confère à l'éclairage une qualité poétique, un naturalisme, qui sculpte différemment un visage humain. »

Comme il l'avait fait pour The Many Saints of Newark, Morgenthau a cherché à créer une expérience cinématographique sur grand écran pour Respect. « Les anamorphiques de la série T ont joué à merveille pour les moments d'ensemble où nous cadrions les acteurs dans un paysage horizontal, et lors des concerts où nous avions Aretha au premier plan aux côtés de ses sœurs, qui étaient ses choristes.» 

« Je suis très reconnaissant à Panavision pour le soutien extraordinaire qu'elle m'a apporté à chaque étape du processus », ajoute M. Morgenthau en évoquant son parcours dans ces deux productions. « Je me sens privilégié d'avoir fait le travail le plus passionnant de ma carrière sur ces deux films dos à dos. » 

chef opérateur avec une ardoise de caméra

 

Image principale : Jennifer Hudson et la réalisatrice Liesl Tommy. Unité photographique de Respect  par Quantrell D. Colbert, avec l'aimable autorisation de Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. Photographie de l'unité The Many Saints of Newark par Barry Wetcher, avec l'aimable autorisation de Warner Bros. Pictures.