Passer au contenu principal

Histoires personnelles

Alice Brooks, ASC raconte le parcours qui l'a menée au film tick, tick… BOOM!

Basé sur la comédie musicale autobiographique du dramaturge Jonathan Larson, le film tick, tick… BOOM! marque le premier long métrage de Lin-Manuel Miranda comme réalisateur, associé à la cheffe opératrice Alice Brooks, ASC. Les deux s'étaient rencontrés sur le long métrage musical In the Heights du réalisateur Jon M. Chu, film basé sur la comédie musicale de Miranda.

Pour tick, tick… BOOM!, Brooks a choisi d’utiliser la caméra Millennium DXL2 de Panavision, qu'elle a associée à des optiques anamorphiques de la série G, complétées par une sélection d'anamorphiques de la série T. Brooks s'est récemment confiée à Panavision à propos de son approche créative du projet ainsi que du cheminement de sa carrière jusqu’à aujourd’hui. 

Andrew Garfield et son équipe regardant le moniteur

 

Panavision : Comment en êtes-vous venue à vous associer à Lin-Manuel Miranda pour ce projet ? 

Alice Brooks, ASC : Nous nous étions rencontrés dans In the Heights et le dernier jour de ce film, mon agent m'a envoyé le script pour tick, tick… BOOM! et il m’a dit, « Lin aimerait te rencontrer mardi. » J'ai donc eu le week-end pour lire le script et préparer cette réunion, et alors que je commençais à tourner les pages, je me suis dit : « Oh la la, ça ressemble trop à ma vie. » C’est à propos de Jonathan Larson, qui a écrit Rent. Il vit à Manhattan, dans un immeuble avec une baignoire dans la cuisine, et ça ressemblait beaucoup à mon enfance. Mon père était dramaturge et nous avions une baignoire dans la cuisine. Toute notre famille vivait là et tous les amis de mon père étaient toujours chez nous. Il y a un morceau très tôt dans tick, tick... BOOM! intitulé « Boho Days », avec tous les amis de Jonathan, et cela m'a beaucoup rappelé la communauté de mon enfance avec tous ces artistes. 

Et donc, sur la première page de mon lookbook, j'ai mis des photos de moi et de ma famille quand j'avais 10 ans à New York, car ce film se déroule en 1990, et j'avais 10 ans en 1990. Mon souvenir de New York en 1990 est le souvenir d’une enfant, où la couleur, la lumière et les émotions sont exacerbées et parfois les frontières entre les rêves et la réalité sont floues, et Jonathan Larson représente bien cet artiste enfantin qui ne veut pas grandir. Le premier morceau s'appelle « 30/90 », dans lequel Jonathan chante qu'il est Peter Pan et « trouve Never Land ». Il ne veut pas grandir, il ne veut pas renoncer à ses rêves. Lin avait également 10 ans en 1990, c'est donc à partir de là que nous avons commencé à créer le look - cette perspective enfantine où parfois la frontière entre les rêves et la réalité est floue.

 

Y avait-il d'autres points de référence clés que vous et Lin aviez en commun ? 

Brooks : Nous avons regardé beaucoup de photographies, une tonne de photos de rue. Les photographes de rue new-yorkais de l'époque et Nan Goldin étaient de grandes références. 

 

Qu'est-ce qui vous a amené à tourner avec la DXL2 ?

Brooks : La première fois que j'ai utilisé la DXL2, c'était sur la série d’Apple Home Before Dark. J'ai testé un nombre incalculable de caméras pour ce projet et j'ai atterri sur la DXL2. Ensuite, quand nous avons fait In the Heights, j'ai encore fait beaucoup de tests, et j'ai à nouveau atterri sur la DXL2. Avec tick, tick... BOOM!,  j'ai demandé à Lin : « Dans quelle mesure veux-tu être impliqué dans le choix de la caméra ? » Et il a répondu : « Je veux tout apprendre », parce que c'était son premier film [en tant que réalisateur]. Et il absorbe toutes les informations comme une éponge. Alors je suis allée chez Panavision, j'ai fait des tests avec différentes caméras et différents objectifs, puis nous sommes allés au labo et les avons projetés. Lin s'est assis à côté de moi, et c'était à peu près un test à l'aveugle pour lui, et nous avons fini par tourner à nouveau avec la DXL2. 

J'adore le grand format, et il y a quelque chose que le capteur de DXL2 fait que les autres caméras ne font pas au niveau du bokeh avec les objectifs anamorphiques. Nous avons d'abord décidé de filmer en anamorphique, puis nous avons choisi la DXL2 parce que nous aimions la façon dont elle rendait la lumière floue dans les rues de New York la nuit.

 

Quand avez-vous commencé à travailler avec Panavision ?

Brooks : Depuis mes années d'université, je trouve Panavision extraordinaire. Ils m'ont fourni des caméras lorsque j'étais à l'USC, et après avoir obtenu mon diplôme, j'ai réalisé des projets dans le cadre du Programme pour les nouveaux réalisateurs de Panavision. Ils entretiennent vraiment de bonnes relations avec les jeunes chefs opérateurs. Je ne peux pas rêver d’un meilleur partenaire.

L'une des toutes premières fois où j'ai travaillé avec Panavision a été sur une courte comédie musicale intitulée When the Kids Are Away. Il s'agit de la comédie musicale que Jon Chu a réalisé pour sa thèse, et Jon a toujours la lettre qu'il a écrite à [Panavision] au sujet de notre film et des raisons pour lesquelles nous voulions utiliser Panavision. C'était en 2002, et Panavision nous a laissé utiliser le nouveau Panavised [Sony] F900. C'était plutôt excitant ! 

Quel chemin avez-vous suivi pour devenir cheffe opératrice ? 

Brooks : J'ai vécu dans la chambre noire du lycée, puis je suis allée à l’école de cinéma de l'USC. Après l'école de cinéma, je me suis rendu compte que je n'avais pas assez à montrer, alors j'ai passé l'année suivante à proposer de tourner des films de thèse pour tous les étudiants diplômés. J'ai fini par tourner entre 20 et 30 films cette année-là. J'ai tellement appris et rencontré tellement de merveilleux cinéastes, puis j'ai pu commencer à faire de petits films indépendants.

 

Qu'est-ce qui vous a initialement inspiré à poursuivre une carrière derrière la caméra ? 

Brooks : J'ai grandi en tant qu'enfant actrice à New York et j'ai fait près de 40 publicités au niveau national quand j'étais enfant. Cela m'a exposé au cinéma et je suis tombé amoureuse des caméramans. Je pensais qu'ils étaient les êtres humains les plus gentils et j'adorais la magie qu'ils créaient. Je me souviens que l'une des dernières publicités que j'ai faites à New York avant que ma famille ne déménage à Los Angeles était pour Prodigy, qui était l'une des premières entreprises de services Internet. Il y avait moi et deux autres filles, et nous étions censées envoyer un message à un garçon. En fait, nous jouions à des jeux vidéo et au bout de deux heures, on nous a dit : « Ok, vous pouvez rentrer chez vous ». J'étais effondrée. Je pensais que nous allions être virées ! Mais ensuite, ils nous ont dit : « Non, non, nous avons ce dont nous avions besoin. » J'ai vu la publicité un peu plus tard et j'ai réalisé qu'ils nous avaient filmées pendant que nous jouions à des jeux vidéo, puis ils ont tourné la vue inverse séparément. C'était mon premier aperçu de la magie de la création de films. 

Puis, à 15 ans, j'ai passé sept auditions pour le même rôle dans un film. Le choix a fini par être entre moi et une autre personne. Le dernier jour, ma mère et moi avons quitté l'audition et sommes allées nous promener sur la plage de Santa Monica, et j'ai dit : « Maman, je ne veux pas être actrice. Je veux être cheffe opératrice. » J'ai regardé par terre et il y avait cette petite plume blanche et grise. Je l'ai ramassée, et je l'ai toujours avec moi tout le temps, comme un rappel de ce moment où j'ai exprimé mon rêve.

 

Photographie du groupe par Macall Polay. Toutes les images sont reproduites avec l'aimable autorisation de Netflix