Passer au contenu principal

Sure shot

La cheffe opératrice Autumn Durald Arkapaw orchestre six caméras pour le film documentaire Beastie Boys Story.

Au début des années 1980, trois amis se sont lancés dans une aventure qui allait durer 30 ans. Connu collectivement sous le nom de Beastie Boys, le trio était composé d'Adam Yauch, Michael Diamond et Adam Horovitz - alias MCA, Mike D et Ad-Rock. Bien qu'ils soient issus de la scène punk de New York, ils ont rapidement adopté le hip-hop et, au fil des années, leurs différents albums ont témoigné de leur évolution à la fois en tant qu'artistes et en tant que personnes. 

Leurs rimes sont tantôt incisives, hilarantes, cinglantes ou édifiantes (et parfois tout ça à la fois dans une même chanson), tandis que les clips musicaux du groupe débordent de créativité. Un certain nombre de ces vidéos ont été mises en scène par Yauch - souvent sous le nom de son oncle fictif, Nathaniel Hörnblowér - mais certaines, dont celles des titres « Sure Shot » et « Sabotage » de l'album Ill Communication, ont été réalisées par Spike Jonze au début de sa carrière. 

Les Beastie Boys ont cessé d'exister en 2012, lorsque Yauch est décédé d'un cancer, mais Diamond et Horovitz ont alors entrepris de raconter l'histoire du groupe avec le très complet Beastie Boys Book, qui a à son tour inspiré le long métrage récemment sorti Beastie Boys Story. Réalisé par leur vieil ami Jonze, le film est un mélange de documentaire et de représentation en direct, raconté par Diamond et Horovitz, qui ont présenté le spectacle sur scène devant quatre salles combles pendant que les caméras tournaient pour le film. 

Pour filmer ces performances en direct, Jonze s'est tourné vers la cheffe opératrice Autumn Durald Arkapaw. Tous deux avaient auparavant prévu de collaborer sur un clip musical qui n'a finalement jamais vu le jour. « Il m'a gardée sur son radar, raconte la cheffe opératrice, puis nous avons discuté de Beastie Boys Story et de la comédie Netflix Aziz Ansari: Right Now, que nous avons tournée le mois suivant. »

femme et homme sur scène

 

Durald Arkapaw est elle-même une habituée des clips musicaux, mais capturer les performances scénarisées de Beastie Boys Story en direct dans une salle avec plusieurs caméras était une expérience totalement nouvelle. « Ils n'interprètent pas de musique, donc nos références étaient davantage du ressort des spectacles scéniques en direct », dit-elle. « Mike Tyson avait fait un one-man-show réalisé par Spike Lee [Mike Tyson: Undisputed Truth] ; nous l'avons examiné ainsi que quelques autres spectacles vivants. Il y a un grand sens de la connexion qui se crée en regardant ces personnes raconter leur propre histoire. »

Pour la cheffe opératrice, Beastie Boys Story a commencé par « beaucoup de répétitions au Orpheum Theatre de Los Angeles », révèle-t-elle. Jonze, Horovitz et Diamond, explique-t-elle, « travaillaient sur la partie du scénario à tourner sur scène, et nous avons apporté une caméra et travaillé sur l'éclairage, pour voir ce qui pourrait être mis en place en tournée. Nous sommes d'abord allés à Philadelphie, où nous avons tourné un spectacle au Tower Theater, puis nous sommes allés à Brooklyn, où nous avons tourné trois spectacles en trois soirs au Kings Theatre. »

Les acteurs et l'équipe ont profité de répétitions techniques supplémentaires dans chaque lieu, et la représentation de Philadelphie « était en quelque sorte une répétition, mais avec un public », explique la cheffe opératrice, qui précise que le montage final comprend presque exclusivement des séquences des représentations de Brooklyn. « La répétition a été formidable parce qu'il y avait énormément d'éléments à repérer. C'était scénarisé, donc nous avions des prompteurs, et il y avait des pauses pour pouvoir mettre en place les accessoires. Il y avait beaucoup d'éléments que je n'avais jamais vus auparavant dans ce type d'émissions en direct. » 

Lors des préparations du spectacle à Los Angeles, Durald Arkapaw a trouvé que Jonze était à la fois sûr de lui et réceptif aux suggestions. « Il sait exactement ce qu'il veut, mais il est aussi très collaboratif, ce qui est incroyable. Il était très précis, puis je lui montrais quelque chose à la caméra, et on affinait à partir de là pour trouver ce qui rendait le mieux. »

En plus de permettre à Diamond et Horovitz d'être à l'aise avec le scénario et aux acteurs et à l'équipe de se préparer pour les innombrables répliques du spectacle, « les répétitions étaient importantes pour s'assurer que Spike et tout le monde valident les positions de la caméra », note la cheffe opératrice. « Si on en plaçait une au mauvais endroit, on gâchait tout le spectacle à cause de ça. »

Inspiré par un angle dans Mike Tyson: Undisputed Truth, l'une de ces positions a été obtenue à l'aide d'une caméra sur rail équipée d'un objectif 8 mm et placée dans la fosse à l'avant de la scène, où elle pouvait effectuer des allers-retours. « Spike adore les objectifs larges », explique Durald Arkapaw. « Je trouve que ces prises de vue sont vraiment cool parce qu'elles rappellent l'époque où les Beastie Boys se produisaient en concert ».

Pour tourner les spectacles en direct, qui ont eu lieu en avril 2019, la production a utilisé au total six caméras Alexa Mini. « Notre équipe était composée de 22 caméramans », détaille la cheffe opératrice, « des opérateurs, 1ers, 2nds, Steadicam, les gars de la caméra sur rail et nos deux DIT. » 

La caméra A, dotée d'optiques K-35 et commandée par Andrew Fletcher, était montée sur un Steadicam et se déplaçait dans toute la salle, sur scène et dans le public. « Au fur et à mesure des soirées, il parcourait le public à la recherche de différentes réactions, pour obtenir différentes dynamiques », explique Durald Arkapaw. « Il montait au deuxième niveau et obtenait ainsi des plans larges, vraiment magnifiques ».

La caméra B était sur le rail, tandis que les caméras C et D, toutes deux équipées de zooms Primo Panavision 3:1 SLZ3 135-420 mm (T2.8), étaient sur bazookas, à l'avant de la salle, au centre de la scène, pour capturer des gros plans de Diamond et Horovitz. La caméra E était sur dolly et était équipée d'un zoom Primo Panavision PZW 15-40 mm (T2.6) pour capturer des plans larges depuis le fond de la salle. Enfin, la caméra F était placée dans les coulisses de la scène avec un zoom Primo Panavision 11:1 SLZ11 24-275 mm (T2.8) pour filmer les profils des deux interprètes ; pour le spectacle final, la caméra E a été déplacée de son emplacement habituel et a rejoint la caméra F dans les coulisses.

Certains des zooms ont été modifiés « pour obtenir un aspect plus vintage, sans les contours », partage la cheffe opératrice. « Je travaille avec Panavision Hollywood depuis de nombreuses années, et Guy McVicker, [directeur du marketing technique], est génial. Tous les objectifs avaient un bel aspect texturé, un peu adouci et pas trop net. »

Durald Arkapaw s'est associée à Panavision pour tous ses longs métrages, depuis le film de la réalisatrice Gia Coppola Palo Alto en 2013 ; après sa direction sur Beastie Boys Story, la cheffe opératrice a refait équipe avec Coppola pour le long métrage Mainstream, présenté en avant-première au Festival du film de Venise ce mois-ci. Avant Palo Alto, Durald Arkapaw se souvient : « J'avais rencontré [le responsable marketing de Panavision Hollywood] Rik DeLisle par l'intermédiaire d'un ami, et il a été mon représentant depuis lors. J'ai beaucoup collaboré avec Rik et Guy ; ils connaissent très bien mes goûts et me soutiennent énormément. C'est l'avantage de travailler avec la même entreprise, d'apprécier ses produits et d'avoir ce type de relations. Je ne me contente pas d'appeler et de dire "J'ai besoin de ça", puis de partir. C'est une collaboration, et c'est la raison pour laquelle je reviens toujours. »

Beastie Boys Story était en outre desservi par Panavision New York, où Durald Arkapaw a travaillé avec la responsable marketing Marni Zimmerman, avec qui elle avait déjà collaboré sur le long métrage new-yorkais The Sun Is Also a Star. « Quand j'ai fait ce film, j'ai rencontré une équipe de tournage géniale que j'ai adorée, alors pour Beastie Boys Story j'ai rappelé ces gens-là et ils m'ont présentée à d'autres personnes. » 

Son équipe pour Beastie Boys Story comprenait le 1er caméraman A AC Braden Belmonte et le 2nd caméraman A AC Brendan Russell. « Ils m'ont aidée à constituer l'équipe complète de cameramen et ont fait un travail remarquable en gardant la trace de tout notre matériel. Il faut être très attentif dans toute situation où l'on dispose de plusieurs caméras, de tonnes d'objectifs et d'un calendrier serré, mais particulièrement ici. Comme il s'agissait d'un tournage en direct, les erreurs étaient immédiatement visibles, alors que sur un reportage, vous pouvez éventuellement refaire une prise de vue, ou tout le monde peut vous attendre le temps d'effectuer un petit réglage. Mais c'était une équipe fantastique, et ils étaient tous très heureux d'en faire partie. Quand la pression est là, les gens se surpassent. »

Le film s'ouvre sur des séquences d'interviews candides de membres du public qui attendent d'entrer dans la salle de spectacle ; ces séquences ont été tournées dans le hall et juste devant l'entrée du Kings Theatre par Lance Bangs. Une fois le public à l'intérieur, les lumières s'allument pour révéler Diamond et Horovitz sur scène. Alors que le public fait une ovation, la caméra A, sur Steadicam, se déplace du fond de la salle vers l'avant. « J'adore cette prise », confie Durald Arkapaw. « C'était l'idée de Spike, et je trouvais ça vraiment cool. L'énergie était formidable. »

Pendant les représentations, la cheffe opératrice était postée à une table technique au fond de la salle. « Spike était là avec le régisseur, qui dirigeait le spectacle », détaille-t-elle. « Les moniteurs nous montraient ce que faisaient les caméras, et tout le monde était branché sur radio pour écouter les étapes du spectacle. »

Outre son équipe de tournage, Durald Arkapaw a travaillé avec une équipe d'éclairage composée du chef électricien James Elton Davis, qu'elle a fait venir de Los Angeles, du chef électricien Charlie McNamara, basé à New York, et du concepteur d'éclairage Spike Brant, qui a apporté sa grande expérience de l'éclairage des spectacles en direct. « Je suis une grande spécialiste de l'éclairage », dit la cheffe opératrice en riant. « C'était ma partie préférée. Amener mes chefs électriciens dans cette situation, où on gérait l'éclairage de la scène et collaborait avec les gars du concert, était très amusant. » 

L'équipe du concert, ajoute-t-elle, « a trouvé cela raffraîchissant parce qu'elle a l'habitude de travailler d'une certaine manière, et nous, on arrivait avec un bagage plus cinématographique ». Ils étaient intéressés par ce qu'on avait à dire lorsqu'on réglait la lumière ou qu'on lui donnait un peu plus de structure. C'était un grand effort de collaboration.

« On voulait un côté théâtral et une qualité émotionnelle dans l'éclairage », poursuit la cheffe opératrice. « On souhaitait donner une certaine structure à la lumière pour que Mike D et Ad-Rock soient éclairés de différentes manières, pas seulement par une lumière frontale plate. On essayait de les éclairer de manière créative tout en évitant que la lumière se reflète sur l'écran derrière eux lorsqu'ils se déplaçaient. »

Cet écran était un énorme mur LED qui affichait en permanence des photos d'époque, des images d'archives, des clips vidéo et même une scène du film Lost Angels de 1989, dans lequel avait joué Horovitz. Heureusement, Durald Arkapaw avait déjà une expérimenté le travail avec de tels écrans. « J'avais tourné le film Teen Spirit à Londres, dit-elle, et ce film comportait également des écrans LED, j'étais donc familière avec leur utilisation dans des spectacles. » 

Chaque salle avait sa propre structure d'éclairage préexistante, sur laquelle l'équipe d'éclairage a installé les projecteurs choisis par Durald Arakapaw. « On a tout testé et choisi à L.A. », se souvient-elle. « J'ai fait des recherches et j'ai travaillé avec Spike Brant pour déterminer quelles unités seraient les plus appropriées et les mieux adaptées aux tons de la peau. Il m'a beaucoup appris sur les éclairages de scène et les mouvements ! »

Depuis sa première sur Apple TV+ en avril, Beastie Boys Story a récolté cinq nominations aux Primetime Emmy, dont celle du meilleur documentaire ou film non fictionnel. « C'était un travail passionnant et une belle pause dans ce que j'ai l'habitude de tourner ». Durald Arkapaw se souvient : « L'équipe était super. Panavision, comme toujours, s'est montré à la hauteur de la situation, et évidemment Spike Jonze est génial. C'est l'un des meilleurs cinéastes américains de notre époque. C'est très agréable de collaborer avec lui. »

« J'aime vraiment travailler avec des personnes partageant les mêmes idées, avec lesquelles je m'entends bien et avec lesquelles je suis synchrone sur le plan créatif », ajoute-t-elle. « C'est vraiment ce que Beastie Boys Story représente. Quand tu le regardes en tant qu'artiste, tu penses à tes amis. Pendant le visionnnage de la première version du montage, nous avons tous été émus. Pouvoir faire de l'art avec ses amis, garder ces amis tout au long de sa vie, être inspiré par eux et qu'ils nous aident à grandir en tant que personne, c'est le thème de ce film, et c'est aussi ce que le tournage a représenté. C'était une expérience unique dans une vie. »

Les photos des coulisses sont grâcieusement offertes par Autumn Durald Arkapaw. Les autres images ont été gracieusement offertes par Apple TV+.