Passer au contenu principal

Où, pourquoi et qui

Larry Fong, ASC, parle des coulisses de Tic et Tac, les Rangers du Risque.

Connu pour son travail sur des films comme 300, Watchmen, Super 8 et Batman v Superman: Dawn of Justice, Larry Fong, ASC, a mis ses talents de magicien au service du long-métrage Tic et Tac, les rangers du risque mêlant animation et prise de vues réelles. Équipés d'optiques Primo fournies par Panavision Woodland Hills, Fong et le réalisateur Akiva Schaffer ont cherché à injecter une dose supplémentaire d'humour dans cette nouvelle version de la série de dessins animés Disney initialement diffusée de 1988 à 90.  

« Dès le début, Akiva ne voulait pas faire de compromis sur les images juste parce que le projet semblait destiné aux enfants », indique Fong. « Nous voulions faire quelque chose de sympa pour les spectateurs adultes mais aussi pour nous. D'ailleurs, il lui arrivait souvent de plaisanter pendant le tournage et de dire : "C'est le mieux que vous puissiez faire ? Je ne t'ai pas embauché pour ce Fong-ivers !" » 

Panavision : Quelles sont les références visuelles particulières dont vous vous êtes inspiré ? 

Fong : Bien que Qui veut la peau de Roger Rabbit soit la référence absolue, Akiva n'a cessé de mentionner Jerry Bruckheimer. Paradoxalement, mon prochain film [Secret Headquarters] est justement produit par Jerry. Peut-être qu'Akiva savait quelque chose que je ne savais pas ?

Qu'est-ce qui vous a amené à choisir Panavision pour ce projet, quelles sont les caractéristiques optiques des objectifs Primo qui les rendent parfaitement adaptés à Tic et Tac, les Rangers du Risque ? 

Fong : Panavision est toujours mon premier choix, et par chance, tous les tournages studio ont été faits avec Panavision et avec des verres Panavision. Pour Tic et Tac, les Rangers du Risque, l'équipe en charge des effets visuels voulaient une image nette et immaculée, et ce, pour une bonne raison : la quasi-totalité des plans du film est passée par le pipeline des effets visuels. Il est difficile de faire mieux que les Primos pour un verre sphérique fiable et net, une texture et un caractère exceptionnels. 

En quoi ce projet est-il différent des autres de votre carrière ? 

Fong : Je n'avais jamais tourné un film dont la majorité de l'action se déroule à 8 pouces du sol. Comme les Chipmunks. 

Qu'est-ce qui vous a inspiré à devenir cheffe opératrice - et qu'est-ce qui vous inspire aujourd'hui ? 

Fong : Ce n'était pas les Chipmunks, ça c'est sûr. C'est plutôt la science-fiction et Kubrick. Qu'est-ce que j'ai fait de travers ?