Passer au contenu principal

Un calibre de champion

Les chefs opérateurs Todd Banhazl et Mihai Malaimare Jr. partagent leur plan d'action pour créer le style vintage de Winning Time.

Le va-et-vient entre les chefs opérateurs Todd Banhazl et Mihai Malaimare Jr. dans la série HBO Winning Time : The Rise of the Lakers Dynasty a été un spectacle aussi impressionnant que Kareem et Magic exécutant un pick and roll. En jouant sur les forces de plusieurs formats, les deux chefs opérateurs ont transporté les spectateurs dans le temps jusqu'à la genèse des Lakers des années 1980. Il a fallu un effort concerté pour créer le look de Winning Time, l'histoire à l'écran correspondant à la ténacité et au travail d'équipe derrière la caméra.

« La ligne séparant notre séquence et la séquence d'archives est si floue qu'elle constitue une pièce extrêmement précise dans le temps », déclare Malaimare. Décrivant son expérience de travail avec Banhazl,   le chef opérateur de la série, Malaimare poursuit : « Todd a créé une bible visuelle basée sur le look du pilote, et nous avons eu de longues réunions avec les scénaristes Max Borenstein et Rodney Barnes pour discuter de chaque épisode en détail. C'était un style visuel planifié très soigneusement. »

Banhazl déclare : « L'idée derrière le style visuel du spectacle était de créer une tapisserie de la culture américaine et de la culture pop dans les années 60, 70 et 80. Nous espérons que le public ne verra pas la différence entre ce que nous avons tourné et les séquences d'archives. Nous voulions que ce soit granuleux, gras, brillant, éclatant, et qu'il y ait une qualité artisanale dans la texture de l'image et dans la réalisation elle-même.

« Mes principales inspirations proviennent d'un mélange de photographes, comme Barron Claiborne, Bruce Davidson, William Eggleston, Alex Webb et Roy DeCarava », poursuit Banhazl. « Au cinéma, John Cassavetes, Spike Lee, Robert Altman et Wim Wenders ont été très importants pour nous. »

Les deux chefs opérateurs ont trouvé leur inspiration dans les styles photographiques de l'époque. « J'ai tendance à utiliser des photographies pour les références », dit Malaimare, « mais j'ai aussi eu beaucoup d'idées des jeux de l'époque. Aussi, l'ouverture de Any Given Sunday a été une référence solide pour enregistrer certains matchs de basket. »

Banhazl ajoute : « Nous nous sommes également inspirés de toutes les séquences réelles qui existent des Lakers à cette époque, ainsi que des publicités dominantes de l'époque, pour tenter de redéfinir les images du rêve américain acheté et vendu. »

Reprenant l'esthétique du début des années 1980, les chefs opérateurs ont principalement tourné sur une pellicule de 35 mm et ont mélangé avec des pellicules Super 16 mm, Super 8 mm, et même de la vidéo vintage. « Nous avons toujours su que la série devait être tournée sur pellicule parce qu'il y aurait des sauts entre des séquences d'archives réelles de l'époque et nos séquences narratives », explique Banhazl. « J'avais l'impression que l'utilisation des formats réels serait le moyen le plus efficace et le plus joyeux de jouer dans ces styles et ces esthétiques. »

Lorsqu'on l'interroge sur le tournage de la série sur pellicule, Malaimare répond : « Il y a une certaine approche que j'aime. Vous gardez la caméra en marche uniquement lorsque cela est nécessaire. Il y a un niveau de respect différent qu'une caméra film demande. L'enregistrement vidéo HD des caméras [Panavision Millennium] XL2 a définitivement facilité les choses. »

Notes de Malaimare :   From Client List - LI Translation'" tooltip-placement="bottom-right">credits les décisions que Banhazl et le réalisateur Adam McKay ont prises pour l'épisode pilote pour définir le ton des épisodes suivants. « Adam et Todd ont établi le look dans le pilote, et c'était tout à fait logique », déclare Malaimare. « Il y a eu des moments où il aurait été plus facile pour certaines scènes d'utiliser une caméra numérique plus petite, mais je suis heureux que nous ayons résisté à cette tentation autant que possible. »

« Mihal est un artiste brillant et un ami proche, collaborer avec lui était donc facile. » déclare Banhazl. « Nous avons parlé de la bible visuelle que j'avais créée après le pilote, et à partir de là, nous avons commencé à échanger des inspirations et des références visuelles. Chaque épisode exige ses propres ornements visuels, car nous traversons différents moments de la culture américaine, et Mihai était le collaborateur idéal qui a apporté ses propres idées et son propre style au projet tout en conservant le style général plutôt non traditionnel ».

En ce qui concerne le choix des optiques des chefs opérateurs, Malaimare note : « Je suis un grand fan de Panavision. J'aime la variété d'objectifs et le superbe support dont nous bénéficions. Je suis généralement attiré par les vieux objectifs, mais nous faisions tellement de choses sur la pellicule - en poussant d'un degré, en ajoutant encore plus de grain et de trame en post production - que nous avons réalisé que la perfection et la cohérence des objectifs Primo nous aideraient. Nous avons effectué des tests approfondis de la caméra, en essayant une variété d'objectifs anciens et modernes, mais nous avons finalement choisi les objectifs Primo. »

« Nous voulions que l'image ressemble à notre mémoire collective de tous nos films préférés des années 70 et 80, avec une touche documentaire », conclut Banhazl. « Au départ, je pensais que nous allions utiliser un verre vintage beaucoup plus ancien, mais au moment où nous avions tout fait par photochimie et numériquement sur notre négatif, l'image était tellement dégradée que les objectifs Primo éprouvés ont fini par fournir l'équilibre parfait entre un contraste net et magnifique mélangé à l'aspect granuleux et plus doux du film. »

Images reproduites avec la permission des réalisateurs et de HBO.

Regardez Todd Banhazl et Mihai Malaimare Jr. parler de leur travail sur la série Winning Time en cliquant ici : In Conversation.